Aux effaceurs de traces

Mercredi, 20 Février 2013 09:13
Imprimer

 

Nous avons tous besoin d'émotions, de madeleines de Proust, la Bretagne nous offre cet arc-en-ciel (Kanevedenn) qui nous fait vibrer...

"Décoloniser l'esprit", le livre du romancier Kényan, Ngugi Wa Thiong'o, explique que dans le processus colonial au Kenya, "à la violence physique du champ de bataille, succéda la violence psychologique de la salle de classe"... "Le cauchemar de l'épée et du fusil fut suivi de la craie et du tableau noir".

En d'autres termes, après le combat et la défaite, vient le conditionnement par le colon, et la perte de l'identité du colonisé... Les effaceurs de traces qui manipulent l'histoire et déforment la mémoire sont alors présents pour exercer une "censure" en vue de la conformité à l'histoire officielle.

 

1488 : Saint Aubin du Cormier (défaite militaire des Bretons), 1532 : annexion par le royaume de France, 1789 : destruction des "provinces" au profit de Paris, 1882 : les hussards noirs de la République et le sabot à l'école pour les petits Bretons bretonnants, 1941 : partition administrative de la Bretagne (détachement de la Loire Atlantique)...

L'objectif est pour chacun d'apprendre à penser par lui-même (la philosophie n'est en ce sens pas "un ensemble de doctrines", mais un ensemble d'outils aidant à la réflexion personnelle). Ce que souhaitait faire Descartes avec son Discours de la Méthode : ce n'est qu'en pensant par soi-même que l'on devient soi-même. Cette conscience de soi mène moins à "l'individualisme égoïste" qu'à un renforcement du lien social (si je sais "qui je suis", je suis plus curieux de savoir "qui sont les autres").

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=29268&searchkey=philosophie=
Copyright © agencebretagnepresse.com

Décoloniser l'esprit des Bretons, c'est l'objectif de l'Université populaire de philosophie, animée par Simon Alain, dans le cadre du Breizh ImPacte. Permettre à chacun d'apprendre à penser par lui-même. C'est ce que souhaitait faire Descartes, philosophe Breton, dans son discours de la méthode : "Ce n'est qu'en pensant par soi-même que l'on devient soi-même".

Cette conscience de soi-même mène moins à "l'individualisme égoïste" qu'à un renforcement du lien social. Si je sais "qui je suis", je suis plus curieux de savoir "qui sont les autres".

En-Avant-Bretagne / En-Awen-Breizh, c'est l'émotion bretonne, l'instant Breton qui nous concerne tous.

Dépassons les clivages, pensons et avançons par nous-mêmes, ni-hon-unan.